Evolution du positionnement international du Maroc - Tableau de Bord Stratégique (Onzième édition)

Dans le cadre de sa mission de veille prospective, qui consiste à suivre de près les mutations à l'œuvre au niveau national, régional et international, en vue de préparer le Maroc au monde de demain, l'Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) a achevé, fin octobre 2023, la réalisation de la 11ème édition de sa série "Tableau de Bord Stratégique". Les versions arabe et anglaise de ce tableau de bord sont en cours de traduction. 

Le Tableau de Bord Stratégique constitue une des productions récurrentes du Pôle "Veille Prospective" de l’IRES. Il représente un outil permettant de fournir un aperçu et un suivi de l'évolution du positionnement du Maroc sur le plan international dans les domaines politique, économique, social, culturel et environnemental.

L’édition 2023 se démarque par rapport aux éditions précédentes par l’adoption d’une nouvelle structuration des indicateurs stratégiques composant le Tableau de Bord Stratégique, selon la grille de lecture de l’IRES, retenue en 2021. Celle-ci repose sur cinq piliers, à savoir : Gouvernance, Human-centric, Nature-centric, Planétarisation et Exponentialité.

Mine d’informations quantitatives et de connaissances utiles à la prise de décision, le Tableau de Bord Stratégique comprend 204 indicateurs stratégiques. Certains de ces indicateurs ont des limites qui ont été révélées par plusieurs études. Ils ne reflètent pas, selon l'IRES, les avancées enregistrées par le Maroc. Leur intégration dans le présent Tableau de Bord Stratégique est motivée par le seul fait que ces indicateurs sont pris en considération par les organismes internationaux pour apprécier la situation du Royaume.

L’analyse des résultats de la onzième édition du Tableau de Bord Stratégique a révélé que le Maroc jouit, dans l'ensemble, d'un positionnement :

  • favorable au titre des indicateurs relatifs à l'attachement aux constantes de la Nation et aux valeurs identitaires, à la solidarité traditionnelle, à la contribution à la gouvernance mondiale, à la sécurité globale, à la gestion migratoire, à la cybersécurité, à l'ouverture des données, à l'endémisme, à la lutte contre le changement climatique, aux conditions de vie de base,  au poids important du capital immatériel dans la richesse globale, à l'investissement et à la transformation économique.
  • intermédiaire s’agissant des indicateurs inhérents à la puissance attractive (Soft Power), à l'Etat de droit, à la gouvernance, à la lutte contre la corruption et le blanchiment d'argent, à la compétitivité et à l'attractivité globale du pays,  à la marque-pays, à la complexité économique, à la création d’emplois, au développement humain et au bien-être social, à la transition énergétique, à l'émancipation de la femme, à la confiance accordée aux institutions représentatives, à la solidarité institutionnelle, à la préparation aux nouvelles technologies de l'information et de la communication et à l'inclusion numérique.
  • non approprié lorsqu’il est question de souveraineté alimentaire, hydrique et énergétique, de la disponibilité des ressources en eau, de l’état de la biodiversité, de richesse globale par habitant, de bien-être de la mère et des personnes âgées, de la qualité du système éducatif, du modèle de financement de la santé, de l’encadrement médical, du développement de villes intelligentes, de l'intelligence artificielle, du lien politique, de la mobilité sociale et des perspectives d’avenir de la jeunesse.

Sur le plan de l’évolution du positionnement international du Marocles principales avancées sont relatives, entre autres, à la sécurité globale et la puissance militaire, à la généralisation de la scolarisation et l'alphabétisation, à l'innovation, à la lutte contre la faim, au développement humain et à l'émancipation de la femme, à l'accès au système de santé,  à la souveraineté vaccinale, à la sécurité routière, au soutien aux secteurs  dynamiques émergents (automobile, aéronautique, énergies renouvelables,...), à la complexité économique, à la transition énergétique, à la confiance interpersonnelle et à la confiance accordée aux institutions régaliennes.

En revanche, le repli du positionnement international du Maroc concerne, particulièrement, la gouvernance des ressources naturelles, l'état de la biodiversité et la performance environnementale, la disponibilité des ressources en eau, la qualité du système éducatif, la formation professionnelle, la situation des finances publiques, les comptes extérieurs, la croissance économique, les inégalités de revenu, le bonheur chez les citoyens et les perspectives de la jeunesse.

Le classement international du Royaume est resté stable au titre des indicateurs se rapportant, notamment, à l'attachement aux constantes de la Nation, à la gouvernance, au Soft Power, à la prospérité et au bien-être, à l'encadrement médical et paramédical, à la lutte contre la corruption et le blanchiment d'argent, à la recherche & développement et à la transformation numérique.