Mobilité
 

Le concept de mobilité a été choisi par l’IRES parce qu’il englobe, à la fois, les aspects interdépendants d’émigration, d’immigration et de migration. Les études sur la mobilité ont porté sur la communauté marocaine résidant à l’étranger, la migration intra-africaine et la migration entre l’Afrique et l’Europe. Ces études ont mobilisé 24 chercheurs associés.

La mobilité est un phénomène mondial qui a toujours jalonné l’histoire de l’humanité. Elle a été à l’origine de l’éclosion de plusieurs civilisations dont le rayonnement a été rendu possible grâce au brassage ethnique et culturel. Depuis longtemps, les individus qui ont quitté leur pays d’origine à la quête de perspectives d'avenir meilleures ont transféré dans les pays d'accueil leur culture, leur mode de vie et de pensée et leurs pratiques religieuses.

A l'heure actuelle, le débat autour de la question migratoire suscite des controverses entre ceux qui continuent à défendre les vertus de la mobilité comme source de croissance et d'enrichissement culturel et ceux qui mettent plutôt l'accent sur les risques encourus à cause de ce phénomène, sur le plan économique, social et sécuritaire. Ce débat appelle à davantage de compréhension, d’échange, de solidarité et de concertation entre l'ensemble des pays de la communauté internationale.

L'intérêt porté par l'IRES à la question migratoire remonte à 2012, année ayant connu le pilotage par l'institut du volet stratégique du programme d'études intitulé "Pour une stratégie nationale intégrée de la mobilité à l'horizon 2030" , menée en partenariat avec le Ministère chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et le Conseil de la Communauté Marocaine à l'Etranger.

En 2018, l'institut a achevé une étude visant à mieux connaitre la migration intra-africaine, qui porte de manière générale sur le continent, ses communautés économiques régionales et les Etats membres de l'Union africaine. La réalisation de cette étude est intervenue à un moment où le Royaume du Maroc a été mandaté pour coordonner l'action de l'Union africaine dans ce domaine et où le Maroc a abrité, en décembre 2018, la Conférence Internationale sur la Migration, durant laquelle a été adopté le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.


L'étude a procédé à une analyse des causes profondes de la migration, auxquelles le Royaume a appelé à trouver des solutions dès le lancement du Processus de Rabat en 2006. Des propositions ont été formulées en vue de mieux gérer la question migratoire en Afrique, selon les grands axes de la feuille de route soumise, le 3 juillet 2017, par le Maroc à l’Union africaine à Addis-Abeba.

En outre, l'IRES a présidé, lors des éditions de 2017 et de 2018 du Forum Crans Montana à Dakhla, la session sur la migration intra-africaine et celle sur la migration africaine vers l'Europe. Il a organisé, début janvier 2018, à la veille du 30ème Sommet de l'Union africaine, une conférence internationale sur le thème "La question migratoire en Afrique : enjeux, défis et stratégies de réponse" dont les actes ont été rendus publics sur le site web.

En décembre 2018, l'IRES a organisé en partenariat avec l'Organisation internationale de la migration, lors de la Conférence intergouvernementale pour l'adoption du Pacte mondial sur les migrations, un side-event sur le thème "Migration africaine : quelles stratégies mettre en place pour sa gestion ?".

Publication :

Forum :