Sécurité
 

De par son caractère transversal et multidimensionnel, la sécurité est une thématique qui jouit d’un intérêt particulier pour l’IRES. Plusieurs travaux et rencontres de l’Institut ont, à cet effet, été consacrés à cette question qui interpelle l’avenir de l’humanité.

La question sécuritaire a fait l'objet de 4 rapports généraux. Leur discussion a eu lieu lors des 11 séminaires organisés par l'Institut ainsi que d'un colloque international de deux jours sur les phénomènes de radicalisation.

Souhaitant contribuer à la réflexion concernant la mise en place du Conseil Supérieur de Sécurité, l’IRES a réalisé en 2011 une étude de benchmarking, relative aux conseils de sécurité nationale de certaines puissances étrangères (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Espagne et Brésil). Il a procédé à une revue de la littérature ayant trait aux rapports et livres blancs les plus récents sur la redéfinition de la stratégie de sécurité nationale.


Suite à cette étude, l’IRES a organisé une rencontre sous le thème " Enjeux stratégiques et Conseil Supérieur de Sécurité : quelques éléments de réflexion ". Ce séminaire a permis d’enrichir les conclusions de l’étude.

Le terrorisme, phénomène global aux ramifications et aux retombées régionales et locales, occupe une place de choix dans la réflexion de l’IRES. L’Institut a ainsi réalisé deux études visant, d’un côté, à évaluer les risques que représente pour le Maroc la montée du terrorisme et de la criminalité organisée et, de l’autre, les impacts régionaux de la montée en puissance du groupe "Etat Islamique".

Intitulée "Le Maroc face à deux menaces transnationales : le terrorisme et le crime organisé", l'étude de l'IRES de 2015 a mis en évidence les enjeux et les défis soulevés par l’accentuation des risques terroristes et criminels au Sahel et au sud de la Méditerranée ainsi que leurs incidences directes et indirectes sur le Maroc.

L’Institut a mené également, en 2015, une réflexion sur les menaces suscitées par "Daesh", dans le but de mieux comprendre le référentiel idéologique de ce mouvement, ses lignes de démarcation par rapport à Al-Qaïda et sa stratégie d’endoctrinement et de recrutement des jeunes.

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine et son engagement au sein de cette institution a été l’occasion, pour l’IRES, de porter son intérêt sur la sécurité continentale et sur les mécanismes mis en place par l’Union. Cela a donné lieu à une étude, réalisée en 2019, sur la gouvernance sécuritaire en Afrique ainsi qu’à une rencontre sur la réforme de l’Architecture africaine de paix et de sécurité.

Pour ce qui est de l'activité IRES.Forum, l'Institut a organisé, fin octobre 2016, en partenariat avec l'Ambassade de France à Rabat un colloque international réunissant une quarantaine d'experts français et marocains mais aussi d'autres pays en matière de radicalisation et de lutte contre l'extrémisme.

Ce colloque sur le thème "Vers une stratégie de sécurité multidimensionnelle" a été l'occasion de faire le point de l'état du savoir aussi bien théorique que pratique, relatif à la question de la radicalisation et de passer en revue les politiques publiques menées au Maroc, en France et dans d'autres pays de la région pour faire face à ces phénomènes.

S'agissant des autres rencontres de l'IRES, elles ont abordé respectivement :

  • la nouvelle menace que représente la cybercriminalité, en mettant l'accent sur les infrastructures stratégiques et leur résilience face au risque cybernétique,
  • les enjeux sécuritaires dans le voisinage et les aires d’appartenance du Royaume, notamment, la bande sahélo-saharienne en amont et en aval de la crise du Mali,
  • les évolutions de la conjoncture sécuritaire dans l’espace méditerranéen et dans le monde arabe, en vue de la compréhension des phénomènes en œuvre et de l’évaluation des dispositifs collectifs de prévention et de réaction.

Publication :